28 January 2015

Elisabeth Revol back in France

Nanga Parbat: Elisabeth Revol's Account of Summit Push

Posted: Jan 26, 2015 12:22 pm EST (By Raheel Adnan) Elisabeth Revol is back home after a quick return trip from Nanga Parbat (8.126 m). In recent blog post, she details the amazing journey from 7800m on the mountain to France, in less than a week. Here is a summary of the article.

January 17th: The 7800m Day

Elisabeth starts the chronicle with description of intense cold and the amazing beauty at around 7200m on the evening of January 16th. Everything except sleeping bags was frozen. Considering the wind factor, it was chilling somewhere around -40/-50 °C. However, the sunset at that altitude was simply breathtaking. The intense cold joined by excitement about upcoming summit push didn’t let the climbers sleep all night. It wasn't a long night, anyway. After spending an hour getting ready, the two climbers were out of their tent by 3 am. “The awkwardness of the narrow space (inside tent) disappeared; we were in our element - crampons and ice axes - at work”
The ascent continued in freezing wintery conditions. “This was really the first time that I felt such a cold, I think. I knew that any stop or variation would be fatal. We were on a 8000er in extremely harsh conditions of winter. Even if the route wasn’t quite technical, winter conditions meant that it was one of the most committed climbs in my life.”
By mid-day, they were at around 7800m where the route joins Hermann Buhl’s line of Nanga Parbat’s first ascent. But the weather was turning worse and they were forced to retreat. “When I reached out, I could "feel" the summit with the touch of my finger. It was very close. My heartbeat increased, but we were to remain calm. It was frustrating; wasn’t easy to turn around, especially when you look at all the progress made ​​so far.”

The 10 Day Summit Push

Elisabeth goes on to tell us about the progress that lead to summit push on 17th. “We left BC on Friday, January 9. Bags were heavy under the provisioning of 10 days to be spent at high altitude. The route was long. This year, it was the only possible route, others being partly bare ice and very dry.” First night was spent in the middle of Diamir glacier. On day two, they climbed on scree along the right bank of the glacier for a long time to C2, under Ganalo Peak. Following day, they tackle huge crevasses towards C3, at the foot of the route taken by Messner in 2000. Due to strong wind, they didn’t go any further on fourth day. On day-5, the climbers negotiated several seracs to reach C3 (around 6600mm). “Next day we continued our progression to 7000m. It was very cold. Tomek felt cold in the feet; I froze my nose tip. The sun came out late at around 11am. But we enjoyed a beautiful sunset.” A day later, they were bivouacking at 7200m. On eighth day, they went up (hoping to make a summit push), but turned back from 7500m. As Tomek said in his audio message, they miscalculated the distance. Day nine was the summit push day. The Descent From 7800m, the two climbers descended to bivouac at 7200m. However, they were out of gas and food by then. “To kill the hunger and thirst, we were discussing the project,” says Elisabeth. “We begin our descent, next day. We knew, we had to rely on ourselves, as Daniele had sent us a clear and directive message upon our arrival at C4; asserting that since we had not taken the radio, he would not trigger emergency if we had a situation, rather than encouraging us on our progress. Long live the "friendship" in the mountains...” The descent continued in good meteorological conditions as they reached 6500m. Tomek Disappeared “With a bang I see the feet of Tomek and his body tipping over: the snow bridge had ruptured. I scream "Tomek ...! ..." It was of no use, as he was already gone. I approached the edge of the crevasse. Blank ... the scene was horrible; I discovered a snow slope at 80°, and a black hole. My God! Tomek! I was still screaming his name, but there was no reply. Everything runs through my head: his children, his girlfriend Ana, my husband Jean-Christophe, and I alone on this hostile glacier ... Great moment of solitude...” Elisabeth goes on to describe the event of crevasse fall at around 6500m. “And finally, I see a very small thing - my God, it's Tomek- "Tomek, how are you? Did you broke something? Can you come back? It is high." He replied, “I do not think I broke anything, but I might not climb back up.” Elisabeth immediately went down to retrieve a rope, they had stored approximately 200m below. Upon her return, she called for Tomek but didn’t get any answer from crevasse. “Finally, from far away [I heard] "Eli ..." This wasn’t from the bottom of the crevasse, but on the left. After recovering from his emotions, he explained: he walked along the bottom of the crevasse on precarious bridges and found a possible exit.” Tomek was given painkillers and the two climbers slowly descended to lower camps and eventually reached BC. The Departure Elisabeth left BC on January 21st, to catch her flight from Islamabad on 23rd. “Very surprised at the negative version of Daniele; I can nevertheless reassure those around me that I had and that I will keep strong friendships.” She believes that good weather window on Nanga Parbat is gone. “I left the base camp under a blue sky, which is quickly going to change. The sky may have saved us before. As if for a month the mountain had accepted us and spared, and now it was time to leave this place.” Based in Pakistan, mountaineering enthusiast Raheel Adnan is a reporter for Explorersweb's mountaineering sections. He shares regular updates on Twitter and runs his own blog at Altitude Pakistan posting initiated climbing news from Himalaya and Karakoram.

Useful links
  1. Explorersweb
  2. Planet Mountain


This is our chronological story, for understand what happen before and during our expedition... ok a little bit boring... and also just in french for now Emoticono wink Expé Nanga Parbat 2015 : chronologie Notre expé se prépare depuis 6 à 7 mois, avec Danièle: les contraintes pour les uns et autres ne sont pas les mêmes. La logistique est effectivement partagée avec Danièle, l’hypothèse de partager le permit avec Tomeck se profile au mois de septembre. Pour ma part mon employeur peut tolérer 15 jours supplémentaires (en plus de mes 15 jours de vacances de fin d’année), mais tout excès serait mal venu. Le 20 décembre est la date choisie pour un rendez vous collectif à Chilas au Pakistan. Mauvaise surprise : Danièle m’annonce une semaine avant qu’il ne sera pas au rendez vous, et qu’il faudra patienter 10 jours pour rejoindre le camp de base. Notre correspondant Pakistanais de l’agence (Ali), me fait part de la volonté de Danièle de l’attendre à Islamabad. Il s’en suit des négociations âpres au téléphone. Ali, bien conscient du peu de temps qui m’était accordé par mes contraintes professionnelles, décide de m’emmener à Chilas rejoindre Tomeck sur notre lieu de rendez vous initial (une journée de négociation pour le permis d’ascension avec les autorités Pakistanaises sera encore à regretter… j’ose espérer que Danièle n’a pas compliqué les choses, pour que je l’attende sur place !!!!….) Avec le permis en poche, nous entamons le trek … les porteurs mettent en place le camp de base, l’acclimations s’organise. Je m’apprête à passer le réveillon de Noel dans ces conditions spartiates. Danièle s’annonce pour le 5 janvier… rien ne semblait urgent pour lui, il s’activait à Chilas et à Ser sur des vidéos. Faut il rappeler que mes intentions étaient plus dans le désir d’ouvrir cette voie en hiver plutôt que participer à une opération com., qui pour moi impliquait trop de contraintes et risquait de mettre en péril l’expé… j’en avais déjà l’expérience lors de l’expé 2013 et espérais quelque chose de plus limpide de son coté… Nos discussions ne laissaient aucun doute à ce sujet… c’était la condition sans équivoque de mon coté… Il fallait prendre une décision délicate qui chamboulais nos projets, dans la mesure ou les conditions de cette année n’était pas très accueillante : une année avec un automne très sec et donc de la glace vive sur une majeur partie de l’itinéraire … pouvait on envisager la voie Mummery partiellement ouverte en 2013 ? : les dangers étant décuplés par un itinéraire trop sec (glace vive), j’ai donc décliné cette éventualité, trop exposée à mon sens, Tomeck partageant mon avis … Nous avions 10 jours d’acclimations effectifs, Danièle était en retard de ce coté là… c’est donc à ce moment précis que l’on décide de tenter la voie Messner de 2000. Il est donc décidé de partir en autonomie (gaz, nourriture, ..) pour 10 jours. L’utilisation de la radio nous semblait dérisoire puisque le Pic Ganelo (6608 M) bloquait toutes communications entre le CB et notre position, même le téléphone satellite (thuraya) était inefficace….sur la partie basse du glacier. Le 9 janvier, c’est donc le départ. Il se fait sans la présence de Danièle puisque celui ci est parti avec ses acolytes au camp 1… l’ayant informé la veille, de notre projet d’ascensions sur 10 jours de la voie Messner. Ayant pris la peine de faire modifier par Ali mon billet d’avion retour de 4 jours… notre retour au camp de base étant clairement prévu autour du 18, l’info ayant été partagée par tous , cuisiniers, policiers compris, … Nous voilà donc en route, notre «maison sur les épaules, à affronter les intempéries, doucement à l’écoute du corps, des indices de montagne… plusieurs bivouacs seront nécessaires, la stratégie est de ne pas prendre de risque liés à l’altitude… on a pas dépassé 500 m de dénivelés pour que le corps s’acclimate … la progression se passe dans une sérénité indispensable en ce milieu hostile… Tomeck fera une chute d’un sérac !: rien de grave, mais une prise de conscience du danger. C’est la température qui impose ses règles ! : – 42°, c’est un univers tellement inhospitalier ! : tout est compliqué pour nous, duvet câblé … Tous semblaient être ok pour une progression normale, nos proches étant prévenus que la situation était sereine, en restant très économe sur l’utilisation de nos batteries satellite… Certes, le message de Danièle nous précisant « qu’il n’enverrait pas les secours (Si besoin) vu que l’on avait pas pris la radio… ! » nous a fortement étonné, attendant plus des encouragements que des menaces. Parallèlement ce message nous faisait comprendre que nous étions libre de nos initiatives. De notre coté, soucieux d’économie, il ne restait plus qu’une barre sur notre batterie, nous n’avons pas donné suite... En sachant que comme Danièle le précisait, il pouvait à tout moment apprécier notre progression sur le net (sur explore web)… Notre avancée s’opère donc jusqu’à 7200 m, ce sera d’ici que l’on tentera le sommet. Ce même jour sera l’occasion de faire une tentative jusqu’à 7500 m, en voulant profiter du soleil … le matin étant trop agressif du coté température (tentative à 3 heures du matin qui va calmer nos ardeurs !!!)… La veille nous a montré ses limites du supportable, notre moral étant amoindri devant de telles conditions (froid et vents). A ce moment précis, «la messe était dite» on oubliait le sommet, conditions trop rudes… Sachant que notre possibilité de communiquer serait très limitée, nous avons profité de ce reste d’autonomie de batterie pour donner des news à nos proches, en leur précisant qu’il serait impossible de se joindre après, jusqu’à notre redescente. (2 jours sans contacts !) Mais ce ne sera pas sans une petite tentative, pour voir la réaction de notre organisme. On attend le soleil, le moral revient… on progresse avec une motivation qui va crescendo avec notre avancée… on arrive à 7500 m, mais il faut réaliser qu’il est trop tard pour tenter le sommet... il vaut mieux se «refaire» et tenter demain quelque chose de plus réfléchi…Redescente au camp 4. L’après midi sera repos, séchage des chaussures avec le gaz, hydratation : fonte de neige, tout ce qui est indispensable pour un moral à la hauteur de nos envies … Le 17 janvier sera la tentative ultime. Apres l’absorbions d’un thé chaud, le sac ayant été très méticuleusement préparé. Sereins, on suit les traces de la veille, puis c’est un cheminement dans le glacier, au plus optimal. On arrive à la jonction de la voie Bull et Messner, c’est un plateau qui s’offre à nous : l’arête Mazerno, le pic Ganalo … Un panorama 180 ° jusqu’en Afghanistan, et au nord du Karakorum au Cachemire…. Enfin le sommet nous apparaît, après 9 jours cachés par le relief. Il est tout proche, à porté de main !: 300 m nous séparent. Un alpiniste normalement constitué peut il résister?… malheureusement la météo devient compromettante, (nuage et vent s’ajoutent aux conditions d’altitude inhospitalières..) il faut beaucoup de sagesse pour renoncer… une pensée à nos proches nous rend raisonnables... C’est décidé : on redescend. Il faut rejoindre le camp 4. Le 18, c’est la redescente, les vivres étant épuisés, (comme nous!) Le repas sera frugal. La descente s’opère dans un effort monotone, c’est l’altitude 6500 qui nous ramènera à notre triste réalité. Tomeck fera sa chute dans la crevasse, c’est son sac qui évitera le pire… l’adrénaline sera à son comble… mettant les priorités à leur place. J ‘ai déjà eu l’occasion de raconter cet épisode douloureux, il faudra de persuasion pour ne pas se décourager, et rejoindre le camp de base… je dis bravo à Tomeck pour avoir avancé toute la journée malgré la souffrance. Le camp de base étant à 4200m. Merci également aux Pakistanais qui nous ont rejoint pour aider notre blessé. Nuit au camp de base : restauration dans tout les sens du terme. Le 19 et le 20 : je passe les 2 jours au camp de base, la discutions s’oriente sur un hypothétique retour sur la voie Messner avec Danièle (et non sur la voie Mummery : trop exposé dans les conditions de glace vive mi janvier). Mes contraintes professionnelles n’ayant pas évoluées, il m’est impératif de rentrer au plus tôt…. (mon vol initial étant le 18 janvier, modifié par Ali au 23 janvier pendant nos 10 jours d’ascension) J’informe Daniele de ma décision le 20 avant le repas de midi. Le 21 lever à 6 heures, c’est le retour à Chilas, petit déjeuner collectif avec les Pakistanais et Tomeck . Contrairement au récit de Danièle, aucune ombre à mon amitié avec Tomeck ne se fera sentir…. Tomeck ne savait pas exactement quand est ce qu'il allait descendre, cela allait dépendre de son genou qui lui faisait encore très mal. Il voulait descendre avec ses amis locaux, Ghani, Hamid,... nous les avons croisé dans la descente, il montait à sa rencontre.... Il se sentait bien ce matin là, et m'a dit qu'il commencerait tranquillement sa descente dans la journée, qu'il laissait son sac ici au CB et que ses amis venaient à sa rencontre doucement… Tomeck me donnera ensuite de ses nouvelles régulièrement. A mon arrivée en France, je comprendrais toute l’angoisse des gens qui s’interrogeaient sur notre sort. Il faut peut être préciser qu’un autre récit s’est développait, à notre insu, plutôt alarmiste, alors que notre soucis était l’économie dans la communication. Mon mari et Ana étant au courant de nos positions et progressions … cela nous semblait essentiel vu que dans notre situation un appel au secours ne peut pas se régler par un appel radio ou autre. Par ailleurs, je peux comprendre que Danièle ai pu être déçu par le non respect de nos projets initiaux, mais mes engagements professionnels ne s’accommodaient pas avec son timing : arrivée prévue initialement le 20 à Chilas et non le 30 ! Ce qui a fait trainer notre acclimatation et enfin compromettre la tentative d’un sommet. Crédit photo : Tomeck et Elisabeth
Post a Comment